Bonjour. Aujourd'hui, 2 avril, c'est la journée mondiale de l'autisme. En 2012, l'autisme était aussi grande cause nationale. Et pourtant, rien n'a changé.

Les perceptions du monde, surtout en France, n'évoluent pas. Nous sommes en retard sur nombre de pays. On trouve encore des médecins, des professionnels qui cataloguent encore l'autisme dans les maladies mentales. On trouve encore en 2016 des personnes pour accuser la mère d'être responsable de l'autisme de l'enfant. On trouve encore des soi-disant thérapeutes qui utilisent des méthodes barbares pour "guérir de l'autisme".

Que les choses soient claires. On ne guérit pas de l'autisme. Personnellement, je ne veux pas guérir. L'autisme fait partie de moi comme le non autisme fait partie d'autres personnes. Voudraient-il guérir de leur non autisme comme le demandait si justement Josef Schovanec?

Acceptez-nous comme nous sommes. Avec nos bizarreries, nos différences, nos ressemblances avec vous. Vous ne nous comprenez pas, mais nous avons toutes les difficultés du monde à vous comprendre aussi, pourtant, nous essayons. Nous nous adaptons à votre monde, comme des étrangers ne parlant pas votre langue, ne partageant pas votre culture, mais qui cherchent quand même à apprendre tous les jours un peu plus.

Comprenez que les personnes avec autisme sont aussi des personnes, avec des désirs, des passions, des rêves. Non, nous ne sommes pas des robots sans émotions, sans sentiment, sans sensibilité. Au contraire. Notre sensibilité est plus forte, nos émotions nous submergent tellement parfois que cela déborde dans des crises de grand désespoir, de colère incontrôlable ou de joie trop démonstrastive. Nous fonctionnons juste différemment.

Et quand nous voyons de grandes affiches "Vaincre l'autisme" étalées partout, que pensez vous que nous ressentons? Le rejet! On veut nous vaincre. On veut vaincre cette partie de notre personnalité, de ce qui fait que nous sommes nous. On veut formater notre cerveau pour qu'il entre dans la norme. Si vous pensez carré et que nous pensons ovale, où est le mal?

Ne chechez pas à vaincre l'autisme. Cherchez à ouvrir le monde aux personnes avec autisme et elles seront plus à l'aise avec vous. 

Ouvrez le regard de vos enfants, et peut être que l'enfant solitaire de la cour de récréation dont tout le monde se moque sera un ami fidèle pour la vie.

Ouvrez le monde...